lundi 23 mai 2016

Les métiers du tourisme d'après l'Echo touristique

Les métiers d'avenir dans le tourisme

Alors que les résultats des BTS et des écoles supérieures de tourisme seront connus dans les prochains jours et que des milliers de jeunes diplômés vont se retrouver sur le marché de l'emploi, quels profils Bac +3 à Bac +5 sont aujourd'hui recherchés par les entreprises du tourisme ? Nous avons dégagé quatre grandes compétences autour desquelles s'articulent les métiers qui sont au coeur de leur stratégie.
1. Les métiers d'analyse
Vendre au bon prix, au bon moment, au bon client, sur le bon canal, via le bon réseau, en véhiculant le bon message. Le métier de Yield ou Revenue Manager touche tous types d'entreprises pour ses compétences en optimisation des revenus. «Nous avons des enseignements dédiés au yield depuis environ six ans mais nous faisons intervenir de plus en plus de professionnels dans ces cours car ce sont les mieux placés pour parler de l'évolution rapide du marché, des techniques et des outils», indique Antoinette Martin-Lise, directrice de l'école IEFT (Groupe IDRAC).
Segmenter les classes tarifaires, les typologies de clientèles et de chambres, leur faire correspondre des tarifs plus ou moins évolutifs définis et ajustés en fonction des indicateurs, des périodes précédentes et de la concurrence, le poste de Yield Manager est hautement stratégique. «Pour Accor, le métier de Revenue Manager est une fonction d'avenir, il est indispensable à l'optimisation du chiffre d'affaires de nos établissements et stratégique pour notre développement à l'international», précise le service communication du groupe.
Malgré les plans sociaux, Air France a même créé une trentaine de postes en trois ans sur le RMP (Revenue Management and Pricing). Mais avec l'arrivée de nouveaux critères dans l'élaboration de leur pricing, comme les avis ou les services additionnels, leur fonction est amenée à évoluer vers celle de Big Data Manager ; à savoir la maîtrise des problématiques liées au volume des données, à la variété de leurs sources et formats, et à leur fiabilité.
2. Les métiers techniques
À la frontière entre les développeurs et les clients ou fournisseurs, l'analyste connectivités ou plus communément chef de projet technique est devenu incontournable. Il est partout : dans l'hôtellerie, l'aérien, chez les loueurs de voitures, les TO, les GDS, les agences en ligne... Pourquoi ? Parce que les acteurs du tourisme sont de plus en plus connectés entre eux : les TO se distribuent via des agences en ligne, les hôtels sur les GDS, qui sont également présents sur les comparateurs, les sites d'avis, les portails... Le rôle du chef de projet technique est de faciliter l'interopérabilité des systèmes et ce n'est pas une mince affaire ! Sur le papier, le job ne fait donc pas rêver les étudiants qui se voient en général davantage occuper un poste de chef de produit chez un TO. «C'est un profil difficile à trouver car les personnes sortent soit d'école de commerce et comprennent les spécificités du marché, soit d'école d'ingénieur et ont davantage des compétences techniques», confirme Marie Allantaz, directrice de l'ESCAET. Pourtant, il a plus d'avenir et demande davantage de compétences transverses.
3. Les métiers du webmarketing
Communiquer sur différents supports web via un message personnalisé et adapté au profil client tout en analysant la performance de chaque euro investi, le webmarketing est désormais omniprésent. Il s'accompagne de nouveaux leviers de communication très techniques : référencement naturel et payant pour apparaître dans les moteurs de recherche, affiliation et display pour faire de l'e-publicité, création d'une communauté interactive avec des clients ambassadeurs via les réseaux sociaux... «À la rentrée 2014, la principale évolution, ce sont les enseignements sur le Social Media et le webmarketing, avec un volume de 50-60 heures contre 15-20 l'an dernier. On veut que nos diplômés soient capables de créer un site web et de le gérer, pour devenir le référent sur ces questions dans les PME», confirme Antoinette Martin-Lise.
Chez Voyageurs du Monde, l'équipe dédiée au webmarketing est celle qui s'est le plus étoffée ces dernières années avec une quinzaine de personnes dédiées. Les webmarketeurs et Community Managers ont donc le vent en poupe et deux missions principales : augmenter et maîtriser la notoriété et l'image de la marque sur les réseaux sociaux et les moteurs de recherche, et apporter une nouvelle dimension à sa relation client. Le marketing autour de l'image, dit picture marketing, prend aussi de l'ampleur. «Actuellement, les entreprises sous-traitent encore leurs besoins, notamment en vidéo. Mais ces compétences seront bientôt intégrées dans les effectifs», assure Marie Allantaz.
4. Les métiers commerciaux
La population commerciale, plus traditionnelle, se renforce car le secteur du tourisme est très concurrentiel. Si l'objectif principal reste le même - l'acquisition de nouveaux clients -, les missions du commercial sont variées (prospection et constitution de bases de données d'entreprises ou de particuliers à prospecter, réalisation de supports commerciaux, réponses aux appels d'offres, gestion des contrats, suivi des ventes...), et sa façon de travailler a évolué. Il est désormais en perpétuelle relation avec un grand nombre de services de l'entreprise : marketing produit et communication pour la construction de l'offre à présenter au client chez les éditeurs de solutions technologiques, finance ou revenue management pour la mise en place du pricing en hôtellerie. Il sera aussi en lien avec les services marketing lors des process de vente et effectuera la transition avec l'Account Manager une fois le contrat signé au sein d'une compagnie aérienne, par exemple.
La fonction commerciale est également inhérente à d'autres postes tels que l'Account Manager dans le cadre de la fidélisation client et de stratégie d'upselling. Il propose par exemple de nouveaux produits tels que des solutions de reporting, des services de conseil, des formations, et organise des réunions avec les clients afin de les fidéliser.









dimanche 22 mai 2016

Stratégie mobile : posez-vous les bonnes questions


Comment améliorer son taux de conversion et l’expérience client ? Faut-il une appli, un site mobile ou responsive ? Autant de questions auxquelles des leaders du voyage ont répondu à la conférence Next Tourisme 2016, lors d’une table ronde.
 
Le mobile est sur toutes les lèvres, tant il grignote du terrain aux ordinateurs. Sa part de marché monte à un tiers des réservations chez Booking. Et à près de 20% des ventes d'AccorHotels, pour plus de 45% de l’audience. Toutes les entreprises doivent prendre la transformation digitale en marche, en se posant les bonnes questions.

Comment améliorer la conversion ?

Le taux de conversion, c’est l’un des points faibles du mobile, reconnaissent les acteurs du voyage, même les plus grands. Afin de l’améliorer, chacun teste, au long cours, des fonctionnalités. Edreams Odigeo accorde ainsi un incentive. "Comme le trafic provenant de l’application est un peu moins coûteux, nous offrons une réduction de 10 euros à nos clients", sur Go Voyages, a expliqué Quentin Bacholle, directeur France d’eDreams Odigeo. AccorHotels va bientôt déployer l’équivalent du 1-click d’Amazon. Expedia a récemment activé l’Apple Pay sur son application. Les comparateurs, eux, développent des solutions pour garder l’internaute dans leur environnement (avec Instant booking de TripAdvisor, Express booking de Trivago...). Car c’est souvent lors du paiement que le décrochage a lieu, de la part d'un internaute doutant toujours de la pleine sécurisation des paiements.

Vendre ? Accompagner ? Les deux !

Attention toutefois à ne pas trop se focaliser sur des questions mercantiles de conversion. Il faut aussi aborder le smartphone comme outil d’accompagnement, avec un mobinaute flâneur et multi-device, en quête d’inspiration. Chaque entreprise doit justement s’interroger sur le rôle du mobile dans une stratégie digitale globale. Le mobile a-t-il vocation à vendre ou à accompagner le voyageur ? Airbnb répondra les deux, puisque le voyageur peut réserver son logement, mais aussi échanger avec des hôtes, et visionner les photos de son dernier logement avec des proches. "Le mobile doit aussi délivrer une véritable expérience garantissant une grande simplicité, même s’il est difficile d’en mesurer l’impact", souligne Nicolas Ferrary, directeur France d’Airbnb. La Compagnie des Alpes (Parc Astérix, Futuroscope, Grévin, domaines skiables…) est définitivement dans l’accompagnement. "Pour le Parc Astérix, seulement 1% de nos clients souhaitent un service de billetterie sur mobile", a commenté Marilyne Lacaze, sa directrice du digital. Les visiteurs du parc d’attraction veulent avant tout connaître les temps d’attente, et comment se rendre d’un point A à un point B. Voire réserver un restaurant, ce qui permet d'augmenter les ventes additionnelles.

Une app ou un site responsive ?

Faut-il développer une application, un site mobile (dédié au smartphone) ou un site responsive ? "Notre application, téléchargée 4 millions de fois, est une solution de réservation et un compagnon de voyage, qui est sans doute le plus grand volet d’avenir. A contrario du site mobile, qui n’est qu’une extension de notre site desktop", explique Romain Roulleau, directeur e-commerce du groupe. L’application permettra d'adresser une clientèle fidèle, tout en limitant les coûts d’acquisition. Mais l’intérêt de son téléchargement diminue avec la fréquence d’achats, ce qui a d’ailleurs incité AccorHotels à fusionner ses 10 applis l’an passé. Un site mobile ou responsive (avec une newsletter responsive) peut du coup pleinement suffire. Curieusement, ce n’est pas encore la norme. Seulement 68% des acteurs privés français du voyage déclarent avoir optimisé leurs sites web pour une consultation sur smartphone (source : enquête Next tourisme 2016).


http://www.lechotouristique.com/article/strategie-mobile-6-questions-a-vous-poser,82319#xtor=EPR-2


mardi 1 mars 2016

La spécialité Multimédia

Voici deux exemples de production réalisées avec Photofiltre  par des étudiants de Spécialité Multimédia 

Marion BERTIN

Alexandre HENAUX

Camille CHASTAGNER

mardi 5 janvier 2016

Portes ouvertes Section BTS du Lycée Charles de Gaulle

Les étudiants du lycée Charles de Gaulle organiseront une matinée portes-ouvertes afin de promouvoir les sections BTS :
Tourisme, Management des Unités Commerciales et Hôtellerie.
 
C’est pourquoi, nous avons le plaisir de vous convier à notre matinée portes ouvertes 

Samedi 30 janvier 2016 de 9h00 à 12h00
au restaurant de la section hôtelière
 
Les étudiants et les enseignants animeront un stand dédié à leur formation et proposeront une visite des locaux aux visiteurs.
A cette occasion la section du BTS Tourisme organisera un salon des destinations européennes pour un citybreak qui sera l’occasion pour vous de découvrir chacune d’entre elles ainsi que de déguster quelques spécialités préparées par les élèves de la section hôtelière. 

Nous comptons sur votre participation !
JPO STS

jeudi 22 octobre 2015

Voir et revoir les #ET11



Si vous n'avez pas eu la chance de pouvoir suivre les #ET11 ... pas de panique : il y a le replay !

Pour voir et revoir le e-tourisme d'aujourd'hui et de demain c'est ici :

Ma sélection : 
  • Tendances et baromètre du etourisme
  • ValThorens : Relation Client, Productions de contenus et partenariat
  • Toi aussi, retrouve la banane et le power avec...
  • 15 mn chrono

N'hésitez pas à me poser vos questions dans les commentaires

Hélène

mercredi 30 septembre 2015

Site web, réseaux sociaux et application mobile


Design par Freepik.com


Site web, réseaux sociaux, application mobile... Vous devez créer votre projet multimédia et vous êtes perdu ? De manière assez simple, je vais tenter de vous présenter ces 3 canaux web.

Travaillant dans le tourisme institutionnel, je vous parlerais peu des agences de voyage en ligne car j'ai peu d'expériences dans ce secteur. 
Je voulais faire un article court mais ce n'est vraiment pas évident ... Bonne lecture ! 

#SiteWeb : la base 

En 2015, le site web est un élément de base du kit de communication d'une entreprise. Impossible de passer à côté d'un site si un entreprise veut survire dans le monde du tourisme.

En résumé, on pourrait distinguer 3 types de sites :

  1. Le site pour informer et séduire sur une destination
  2. Le site pour vendre un destination
  3. Le site pour échanger, partager sur une destination
Aujourd'hui, les sites intègrent ces 3 dimensions. 


Côté informer et séduire, objectif : belles photos et vidéos pour vous immerger complément dans l'univers de la destination. Mon coup de cœur du moment Savoir Mont Blanc ! Je suis certaine que vous avez envie d'aller au ski maintenant. 

Côté vente, aujourd'hui les OTA (Online Travel Agency) ont bien évidemment une vocation commerciale, objectif : chiffres d'affaires ! Le géant du secteur n'est autre que Booking qui domine le marché sur la réservation des hébergements secs.

Côté échange, l'incontournable c'est TripAdvisor. Des avis et encore des avis des anciens clients.

En matière de réservation des hébergements secs, l'autre site a surveillé c'est bien évidemment Airbnb !  Ce site a réussi à allier avec succès les 3 dimensions. On y retrouve des belles photos pour séduire, de la réservation en ligne d’hébergements et la mise en avant des hôtes.
Du côté institutionnel, le CRT Picardie avec la nouvelle version de son site week-ends Esprit de Picardie propose un principe similaire : vous donnez envie de réserver (et vous faire réserver) un séjour en Picardie grâce à des expériences uniques et au contact avec des locaux. Belles photos, descriptifs qui vous plonge directement dans votre week-end, réservation en ligne et contacts avec des experts locaux.
Le point commun entre ces deux sites, ce sont des sites à vocation commerciale mais le graphisme, l'ergonomie, la ligne éditorial vous fait complètement oublier l'aspect vente.

En résumé, on trouve l'objectif principal de son site et on oublie de mettre les 3 dimensions pour un site complet.

#SocialMedia : Un petit tour des réseaux sociaux 

#MTourisme : Application mobile, site mobile, site responsive design ? 

Quand on sait que environ 1/3 des pages web visitées le sont depuis le mobile, il devient incontournable pour les professionnels du tourisme d'être présent sur les smartphones et les tablettes. L'enjeu est d'autant plus important que dans le touriste va consulter son mobile : 
  1. avant son séjour : je prépare mon séjour
  2. pendant son séjour : je complète mon séjour, je partage mon séjour sur les réseaux sociaux
  3. après mon séjour : je partage mon séjour sur les réseaux sociaux, je donne mon avis 

De manière 3 choix, quand on souhaite se lancer dans le m-tourisme : 
  1. Faire un site mobile : c'est plus ou moins la même chose que votre site web classique mais vous adaptez les contenus aux terminaux mobiles. Dans le tourisme, on peut dire qu'on va être dans le côté pratique, informatif et moi dans le côté séduction. 
  2. Faire un site responsive design : c'est votre site web mais la navigation s'adapte aux terminaux mobiles.
  3. Faire une application mobile : vous sortez du cadre site web, vous développez un contenu spécifique complètement adapté à la navigation mobile qui peut vous permettre de faire des jeux, des contenus intéractifs
    Attention, aujourd'hui il faut penser à mettre son application sur plusieurs "markets" pour qu'un maximum de mobinautes puissent y accéder. Côté financier, il faut mieux privilégier la gratuité pour que l'application soit accessible au plus grande nombre.
Pour ma part, je trouve plus sympa de développer un site mobile qui reste plus accessible que l'application qui impose aux touristes de télécharger et installer une application sur son mobile.
Cependant, une application peut-être super intéressante si on souhaite partir sur de l’interaction avec son public. 
Comment choisir ?  En fonction de son objectif et du public visé :) 


Pour en savoir un peu plus sur le m-tourisme, je vous invite à lire l'article "Panorama des 10 tendances et meilleures pratiques du tourisme mobile #mtourisme"


Cet article condense les notions importantes à retenir, n'hésitez pas à me poser vos questions dans les commentaires, si vous souhaitez aller plus loin. 

Hélène 

Photo : freepik.com | iconmontrs.com 

#ET11 : les rencontres nationales du etourisme institutionnel



#ET11 ? C'est quoi ?  "the place to be" du mois d'octobre pour les "geeks" du tourisme en France ! 

Un peu plus sérieusement, ce sont les rencontres nationales du etourisme institutionnel. Dupuis plusieurs années, la ville de Pau accueille ce rendez-vous incontournable pour les acteurs du tourisme que sont les OT, ADRT et CRT*.

En tant que "petit nouveau" dans l'univers du e-tourisme, je vous conseille de surveiller deux rendez-vous qui vous permettrons de vous plonger dans votre métier de demain. 
  • Le baromètre "Raffour" pour connaitre les tendances du moment et de demain. Le mercredi 21 octobre à 9h20
  • Les "15mn chrono" avec 6 experts qui vont vous faire découvrir le e-tourisme de demain. Le jeudi 22 à 10h30

Si vous souhaitez suivre les #ET11, rendez-vous sur Twitter grâce au hasthag dédié, vous pourrez suivez les échanges entre les professionnels.
Quelques jours après les rencontres, vous pouvez vous rendre sur le blog e-tourisme.info, vous y trouverez un résumé des journées, les informations à retenir et les liens vers les présentations. 

PS : même si les sujets sont très intéressants, on ne surveille pas Twitter pendant le cours :)

N'hésitez pas à me poser vos questions dans les commentaires.

Hélène

Mon 1er article, je vais quand même me présenter !

Qui suis-je ? 
Pour faire simple, je suis une ancienne du BTS Tourisme de Compiègne et je suis maintenant "Community Manager - Chargée de Communication Web" dans le tourisme institutionnel de l'Oise.
Mon rôle sur ce blog ? 
Vous faire découvrir de nouvelles choses, compléter vos cours avec un regard de professionnel du e-tourisme), répondre à toutes vos questions et surtout vous aider à avoir de super note à votre examen !
Vu que nous sommes en octobre, je vous souhaite une bonne année scolaire :)

* OT : Office du Tourisme 
ADRT : Agence de Développement et de Réservations Touristiques (les anciens CDT : Comité Départemental du Tourisme)
CRT : Comité Régional du Tourisme